Projet de création d'entreprise                                                                                                                                    

La création d’une entreprise est un projet qui nécessite beaucoup d’investissements personnels (il en faut d’ailleurs tout au long de la vie de l’entreprise) et des prises de décisions importantes. Le créateur d’entreprise a parfois un peu de mal à savoir par où commencer et surtout comment s’y prendre.

Le Coin des Entrepreneurs vous propose un calendrier reprenant les étapes clés de la création d’entreprise afin que vous puissiez prendre connaissance du parcours à suivre et avoir un fil conducteur dans votre démarche de création.

Comme vous le verrez, nous enrichissons cette fiche technique avec plusieurs liens pour aller plus loin sur certains points.

Les étapes de la création d'entreprise

1. Je valide mon idée et mesurer ma motivation                                                                                    

Le point de départ, c’est bien entendu l’idée de projet. Nous avons tous des idées de projet, des conceptions novatrices, mais nous restons souvent à ce stade pour diverses raisons.

Par contre, il y a parfois une idée de projet qui se distingue des autres et pour laquelle nous souhaitons aller plus loin. Il convient donc de dépasser le stade de l’idée, d’imaginer un business- model et de mesurer sa motivation.

L’étude de marché commence souvent ici, elle permet d’affiner son projet, de se renseigner sur les cibles potentielles et sur la concurrence, et d’obtenir de nombreuses autres informations.

La motivation d’un porteur de projet est un des critères de réussite de tout projet d’entreprise, le degré d’investissement du ou des fondateurs étant un facteur de succès.

On ne lance pas un projet car on n’a rien d’autre à faire, parce qu’on souhaite quitter son emploi actuel ou parce qu’on a envie de devenir riche. On le fait car on croit en un projet qui nous tient à cœur et qu’on souhaite absolument lancer.

2. Je fais le point avant de me décider                                                                                                    

Lorsqu’on a une idée de projet, qu’on a pris le temps d’imaginer une activité, d’étudier sa faisabilité et que l’on ambitionne de se lancer, il est temps de faire le point sur sa situation personnelle :

  • quelle est votre situation professionnelle actuelle ?
  • quelles sont vos compétences et votre personnalité ?
  • quelle est votre situation familiale ?
  • quelle est votre situation patrimoniale ?

     Cette étape vous sert à:

  • réfléchir à votre changement de situation. Par exemple, si vous êtes salarié, comment quitter votre poste actuel ? Êtes-vous bloqué par des clauses (non concurrence ou  exclusivité par exemple) ? Êtes-vous capable de cumuler deux activités (Votre poste actuel et votre projet)
  • prendre conscience que vous serez désormais chef d’entreprise, fonction qui n’est pas évidente à assurer pour tout le monde ;
  • prendre conscience de votre changement de revenu. En quittant votre emploi, vous risquez de perdre votre revenu principal. De plus, les allocations pôle emploi que vous percevrez éventuellement sont temporaires et inférieures à vos revenus actuels ;
  • et mesurer l’impact de ce choix sur votre vie de famille. Se lancer dans un projet de création aura des conséquences au niveau de votre famille, vous risquez de passer d’avantage de temps au travail, d’avoir des périodes de stress plus intenses qu’actuellement et d’avoir moins de moyens financiers pendant le début de l’activité. Par ailleurs, les risques que votre famille encourt doivent être mesurés (cela dépend notamment de la forme juridique de l’entreprise et de votre régime matrimonial).

Cette seconde étape est essentielle, les réponses obtenues vous permettront de prendre une décision censée.

Nous souhaitons à travers ces trois points susmentionnés,  vous informer sur les changements probables à prévoir et en aucun cas ne doivent vous freinez dans votre projet. Nous  souhaitons plutôt que vous preniez votre décision en mesurant correctement les impacts.

3. Je m’informe sur la création d’entreprise                                                                                                            

Une fois que vous avez une bonne idée de projet et pris la décision de créer votre entreprise, il est conseillé de s’informer sur la création d’entreprise.

Des parcours d’informations sont notamment dispensés par les chambres de commerce et permettent :

  • une prise de connaissance globale sur la création d’entreprise,
  • et de commencer à s’informer sur les grandes étapes à suivre (business plan, les différents statuts juridiques, le financement…).

Les boutiques de gestion proposent également un premier accompagnement.

Enfin, c’est le moment opportun pour intégrer un ou plusieurs réseaux de porteurs de projet, ce qui vous permettra d’être en contact avec d’autres personnes dans la même situation que vous, ou de trouver une personne qui pourrait devenir votre mentor (un ancien chef d’entreprise, un ami qui connait bien la création d’entreprise…). Le créateur d’entreprise doit savoir s’entourer des bonnes personnes pour avancer.

4. J’acte ma décision et liste les actions à mener                                                                                           

Lorsque votre décision est définitive, il va falloir mener vos premières actions concrètes :

  • si vous êtes en activité, les choix à opérer par rapport à votre employeur (prendre un congé création, cumuler les deux activités ou quitter l’entreprise),
  • évoquer le projet avec votre employeur et lui indiquer votre souhait de quitter l’entreprise (idéalement par rupture conventionnelle),
  • et commencer à aborder le projet avec votre banquier, les investisseurs potentiels que vous connaissez et avec un expert-comptable si possible.

Ensuite, concernant votre projet, il faut réfléchir aux points suivants :

  • avec-vous des éléments à protéger : votre idée, votre concept, une idée de marque ?
  • avez-vous toutes les compétences nécessaires au lancement du projet ? faut-il trouver un associé ?
  • est-ce que je démarre de zéro ou ai-je la possibilité, ou,  ai-je intérêt d’intégrer un réseau de franchise ?
  • l’exercice de l’activité envisagée nécessite-t-elle de respecter certaines obligations (possession d’un diplôme, inscriptions particulières, autorisations…) ?
5. J’élabore mon business plan                                                                                                  

Bien que vous puissiez avoir déjà commencé votre business plan avant les étapes que nous avons évoqué ci-dessus, il va désormais falloir le boucler.

Le business plan commence tout d’abord par l’étude du marché qui à ce stade est normalement terminée.

Il convient ensuite de travailler le prévisionnel, qui consiste à chiffrer votre projet d’entreprise pour obtenir une visibilité économique et financière.

Le prévisionnel constitue notamment un élément de réponse aux questions suivantes :

  • mon projet est-il rentable ?
  • quel est le montant du financement nécessaire pour le lancement de mon projet ?
  • quel revenu puis-je espérer de ma future activité si mes premières années correspondent à mes estimations ?

L’élaboration du prévisionnel se limite encore ici à l’activité proprement dite, c’est-à-dire aux projections de chiffre d’affaires et aux dépenses nécessaires à l’exercice de l’activité (investissements, achats, frais généraux, dépenses de personnel…).

A ce stade, vous pouvez également commencer à rechercher vos futurs fournisseurs et vos futurs prestataires (assureur, expert-comptable, avocat, publicité, téléphonie…). Les propositions obtenues par ces derniers vous permettront d’affiner le prévisionnel.

Les autres paramètres seront ajustés ultérieurement en fonction du choix de la forme juridique de l’entreprise, de son régime fiscal et du statut social du dirigeant.

6. Je fais un point sur les aides possibles                                                                                                

Parallèlement à l’établissement du prévisionnel, il convient de se renseigner sur toutes les aides dont vous pourrez bénéficier dans le cadre de votre projet :

  • plusieurs dispositifs d’aides sont prévus pour les demandeurs d'emplois: exonération temporaire de charges sociales, maintien des allocations pôle emploi ou versement d’une partie du reliquat des droits pôle emploi sous forme de capital, prévus pour les demandeurs d'emplois
  • des organismes de soutien à la création d’entreprise peuvent vous attribuer des aides : prêt à taux zéro, accompagnement…
  • ensuite, des aides spécifiques peuvent être prévues par la région,
  • enfin, vous pouvez également solliciter des aides en fonction de la nature de votre activité. Les projets innovants peuvent par exemple être subventionnés.

Il existe une multitude d’aides possibles dans le cadre d’un projet de création, beaucoup d’entrepreneurs passent à côté de plusieurs dispositifs.

La chambre de commerce ou les boutiques de gestion peuvent vous informer sur les dispositifs existants et les conditions pour en bénéficier.

7. Je  travaille sur le montage du financement                                                                                              

En fonction des résultats de votre prévisionnel et des aides dont vous pouvez bénéficier, vous obtenez une première idée de l’enveloppe de financement dont vous aurez besoin pour lancer votre projet.

Il est fortement recommandé de prévoir un budget plus large que le besoin de financement calculé.

Parfois, certains projets n’ont besoin d’aucun financement mais il y en a d’autres (notamment ceux pour lesquels des investissements sont à effectuer) qui nécessitent de réunir des fonds.

Il conviendra alors de reprendre le montant du financement calculé et d’y allouer :

  • les apports personnels que vous pouvez effectuer,
  • les apports des investisseurs que vous pouvez faire entrer dans le projet,
  • les financements que vous pouvez espérer obtenir par les établissements de crédit,
  • les aides financières dont vous pouvez bénéficier…

Pour plus d’informations : les solutions de financement.

8. Je trouve un lieu d’exercice pour mon activité                                                                                        

Autre étape essentielle de tout projet de création d’entreprise : trouver un lieu pour exercer son activité.

Si vous créer une entreprise et décidez de travailler de chez vous ou chez vos clients directement, ce n’est pas très compliqué.

En revanche, si un local commercial est indispensable, c’est un peu plus compliqué et cela peut prendre du temps. De plus, il s’agit d’un poste de dépense important pour le prévisionnel.

9. J’ai une réflexion sur la création d’entreprise                                                                                                   

Lorsque le prévisionnel est terminé et que le financement de votre projet est plus ou moins défini, l’entrepreneur doit faire face à une étape essentielle de la création d’entreprise :

  • le choix de la forme juridique de l’entreprise (S.A.R.L, S.A, S.A.S, S.N.C, S.C.S, Entreprise Individuelle…),
  • le choix du régime fiscal de l’entreprise : IS ou IR,
  • le choix du statut social du chef d’entreprise,
  • la protection de votre patrimoine personnel,
  • le choix de votre dénomination sociale,
  • et la construction du financement (ventilation entre les solutions possibles).

Remarque : cette étape est liée à l’élaboration du prévisionnel, les réponses obtenues permettront de le boucler définitivement.

Il est fortement recommandé, dans cette étape essentielle, de se faire accompagner par un professionnel (idéalement un expert-comptable pour ses compétences multidisciplinaires). L’appui d’un avocat est également recommandé pour les projets qui nécessitent des montages complexes. Ces professionnels justifieront les choix à adopter et répondront à beaucoup d’autres questions.

Parallèlement à ces réflexions, vous devez continuer à avancer sur le montage du financement du projet. Certains aspects peuvent avoir un impact sur les choix ci-dessus, comme le choix de la forme juridique lorsqu’un investisseur entre dans le projet.

A l’issue de cette étape :

  • votre prévisionnel est bouclé,
  • votre financement est quasiment bouclé,
  • vous savez quelle forme juridique, quel régime fiscal et quel statut social choisir.

Enfin, une fois que vous avez trouvé votre dénomination sociale, il convient de s’assurer qu’elle est disponible auprès de l’INPI.

10. Je rédige le projet de statuts de la société                                                                               

Si vous partez sur une création de société, il va falloir travailler sur votre projet de statuts.

Là-encore, à votre convenance, vous pourrez vous faire accompagner par un professionnel. L’expert-comptable peut intervenir sur la rédaction de vos statuts uniquement si vous vous engagez à travailler avec lui sur une mission comptable.

Le projet de statut est nécessaire pour prendre rendez-vous avec une banque afin de procéder au dépôt des apports en numéraire à libérer dès la constitution.

Si vous lancez un projet avec d’autres associés, que vous ne vous chargez pas de la rédaction du projet de statut et que le droit des sociétés n’est pas votre point fort, faites-vous accompagner par un professionnel pour comprendre le contenu de l’ensemble de l’acte avant de le signer.

En  même temps, si vous exercez une activité réglementée ou soumise à une autorisation particulière, il convient de faire le nécessaire. Pour cela, vous devez contacter l’organisme professionnel auquel vous serez lié afin de prendre connaissance de la marche à suivre.

11. Je m’occupe des éventuels apports en nature                                                                                        

Lorsque des apports en nature sont prévus, vous devrez procéder à leur évaluation.

Si le commissaire aux apports doit être nommé, il convient de trouver le professionnel qui sera chargé d’effectuer le rapport, qui constitue une pièce à fournir dans le dossier de création.

12. Je prépare mon dossier de création                                                                                                             

Pour les créations de société, lorsque le projet de statut est terminé et validé par tous les associés, il est temps de commencer à préparer le dossier de création. Lorsqu’il s’agit d’une entreprise individuelle, vous n’avez pas besoin de statut.

Vous pouvez procéder de la manière suivante :  

  • il convient tout d’abord de procéder au dépôt des apports en numéraire à libérer dès la constitution sur un compte bloqué, dans un établissement de crédit. 
  • établir les statuts définitifs et les faire signer par tous les associés ou actionnaires,
  • nommer le ou les dirigeants de la société et donner mandat à une personne pour réaliser les formalités de création de l’entreprise,
  • obtenir éventuellement le justificatif vous permettant d’exercer votre activité si votre profession l’exige,
  • réunir toutes les pièces nécessaires au montage du dossier de création.
  • enfin, les frais de création sont payés au Guichet Unique de l'APIP (Agence de Promotion des Investissements Privés).
13. J’enregistre mes statuts aux impôts                                                                                                           

Si vous créez une société, la personne en charge de la réalisation des formalités de création doit procéder à l’enregistrement des statuts auprès du service des impôts.

14. Je dépose mon dossier de création                                                                                                    

Une fois que le  dossier de création est constitué, la personne en charge des formalités peut :

  • se rendre physiquement au centre de formalité des entreprises (procédure recommandée),
  • envoyer le dossier complet par courrier au centre de formalité des entreprises,
  • ou procéder à l’immatriculation de l’entreprise par internet.

Conclusion sur le calendrier d’une création d’entreprise :

La création d’une entreprise est une succession de plusieurs étapes nécessitant souvent de prendre des décisions très importantes.

Le choix du futur chef d’entreprise est parfois compliqué et l’œil avisé d’un professionnel est un atout considérable pour se lancer dans de bonnes conditions et être informé correctement sur les conséquences de chaque décision.