Industries chimiques

Situation actuelle

La filière des industries chimiques se compose des sous-secteurs industriels du plastique, des lubrifiants et des peintures, dont les marchés intérieurs sont très porteurs.

Les industries du plastique comprennent une dizaine d’entreprises avec des spécialités différentes :
·        Soufflage (fabrication de bacs emballages)
·        Injection (articles de ménage)
·        Extension (tubes rigides, tuyaux souples, chaussures)
·        Fabrication de matelas-mousse
En 1989, l’ensemble de la production de l’industrie plastique a été de 900 tonnes, mais l’essentiel de la consommation locale est assuré par les importations.
S’agissant des industries de gaz, les unités locales sont orientées vers le gaz à usage industriel (oxygène, acétylène, azote), dont la production ne couvre que 52% du marché ; la demande en gaz domestique (butane) est entièrement couverte par les importations.
En matière d’industrie lubrifiants, il n’existe qu’une seule entreprise qui spécialisée dans la production, l’analyse et le contrôle des lubrifiants et additifs. En 1995, sa production avoisinait 7 000 tonnes. Le marché est porteur, en raison de l’accroissement de la consommation des ménages et du taux de croissance démographique.
Les peintures quant à elles sont produites pour l’essentiel par 2 unités totalisant 2 500 T/an.
L’industrie chimique dispose actuellement d’une main d’œuvre compétente et assez bien formée, des équipements récents et relativement modernes, même si par endroits ils sont sous exploités.
Le marché de la filière offre de nombreuses possibilités de diversification de la gamme des produits. Le marché national de tuyauterie PVC est estimé à 800 T/an, celui des articles ménagers et chaussures en plastique à 32 500 T/an. Quant au gaz (tous usages confondus), sa demande est estimée à 221 500 m3 par an avec près de 48% d’importation. Le marché des lubrifiants avoisine 4 380 millions de litres, tandis que celui des peintures est de l’ordre de 6 000T/an.
·        l’utilisation rationnelle des capacités de production de l’outil existant (réhabilitation et renforcement des unités) ;
·        la satisfaction des besoins nationaux et l’orientation vers l’exploitation dans la sous-région ;
·        la promotion de l’intégration effective de la filière aux autres secteurs ;
·        la préservation de l’environnement naturel très sensible aux effets induits de l’industrie chimique ;
·        le renforcement des capacités d’expertise ;
·        la diversification des produits ;
·        la fabrication de matières premières locales à partir des matières de récupération ;
·        la production de l’industrie locale par l’imposition de normes de qualité.
Opportunité d’identifiées
Cinq projets industriels sont identifiés par des nationaux dans cette filière :
·        extension-modernisation d’une fabrique d’articles en plastique ;
·        fabrique de tables et chaises thermoformées ;
·        extension de l’usine SOCOPLAST pour la formation du PVC ;
·        production de gaz industriel ;
·        réhabilitation-extension de l’usine de peinture SIPECO ;
Les autres opportunités d’investissement identifiées sont :
·        la production de gaz domestique ;
·        l’extension des stations de gaz carbonique et d’acétylène pour la fabrication de glace alimentaire ;
·        la production de fils électriques ;
·        les transformations de la première locale pour la production des tubes en PVC ;
·        l’industrie de meubles en plastique pour les ménages, les édifices publics et privés ;
la relance d’une usine d’oxygène et d’acétylène

Stratégie de développement

La stratégie de développement de la filière s’articule autour des points suivants :