Médicaments

Situation actuelle

La filière médicaments bien que très peu développée, de grandes potentialités, en raison de la richesse de la flore guinéenne. Les plantes médicinales sont très nombreuses, riches et variées. Même les espèces moins connues ont  fait l’objet d’études très approfondies dans des laboratoires, aussi bien en Guinée, qu’en Europe.

Ces travaux ont déjà démontré leur valeur médicinale et certaines spécialistes considèrent que plusieurs plantes méritent d’être introduites dans la pharmacopée officielle européenne.

La quasi-totalité des médicaments utilisés en Guinée sont importés. Ces importations sont assurées par des grossistes répartiteurs, la pharmacie de Guinée, les ONGs et les organismes internationaux. Le marché guinéen du médicament est estimé à 30 millions de dollars US correspondant à des de 4US$ par habitant.

A ce jour, coexistent, d’une part un secteur public s’appuyant sur la Pharmacie Centrale de Guinée (PCG) et,  d’autres part, un secteur privé représenté par 17 importateurs grossistes agrées, 207 officines, 4 agences de promotion et une demi-douzaine de laboratoires.

Les entreprises de production existantes (au nombre de 4) sont actuellement en arrêt d’activité, et font l’objet de projets de relance. Leur niveau technologique actuel ne permet cependant pas d’aller au-delà des opérations de conditionnement en vue de ou de simple formulation.

Les activités de pharmacopée traditionnelle, relevant plutôt de l’informel, répondent aux besoins de 60 à 70% de la population en médicaments. A ce jour, plus de 1 200 espèces végétales inventoriées par diverses études floristiques sont traditionnellement utilisés pour le traitement des endémies courantes. Des études universitaires ont identifié une cinquantaine de plantes pouvant faire l’objet d’utilisation efficace dans le traitement des pathologies courantes en Guinée.

Stratégie de développement

La stratégie de développement de la filière, axée sur le développement de la production nationale, se fixe pour objectifs principaux :

·        la satisfaction des besoins nationaux pour les médicaments appartement) la gamme des produits fabriqués par l’industrie locale ;

·        l’accroissement de la part de la production locale dans le marché national du médicament ;

·        le développement de l’exportation des produits de l’industrie pharmaceutique nationale vers les marchés de la sous-région ;

·        la valorisation des ressources de la pharmacopée locale ;

·        m’amélioration de l’environnement immédiat de la filière au plan organisationnel  et  au plan des services d’appui (contrôle de qualité, recherche-développement, formation, accès au crédit) afin d’en accroître la productivité.

Opportunités d’investissement identifiées

Au titre du secteur privé guinéen, l’on note six projets d’investissement :

·        réhabilitation de l’usine de quinine SEQUINA ;

·        réhabilitation extension de la fabrique de médicaments génériques en comprimés SOGUIPHARM ;

·        extension de la fabrique de médicaments génériques en gélules SOGIP ;

·        production de boues thermale ;

·         fabrique de textile médical ;

·        Fabrique de seringues à usage unique.

La filière offre plusieurs autres opportunités d’investissement :

·        Création d’un institut de médecine traditionnelle ;

·        Création d’unités d’exploitation des plantes médicinales ;

Installation de laboratoires de contrôles de qualité des médicaments.